Sortons du PIB

Claude Nava | 22 Janvier 2021

Depuis de nombreuses années se sont développées des réflexions pour transformer les principaux indicateurs de richesse et ne plus faire du développement économique le seul et unique critère d'évaluation d'un territoire. 
 
La prise en compte de plus en plus forte par les citoyens des enjeux climatiques et environnementaux, de l'importance de leur cadre de vie et de l'existence d'un lien social de proximité nous imposent de construire de nouveaux instruments de mesure qui pourraient refléter la notion du bien-être collectif et qui inclurait les enjeux aujourd’hui non pris en compte par le PIB.
 
Ainsi, communément, la région IDF est présentée comme la première région économique française et l’une principale d’Europe. Est mis en avant sa puissance au regard de nombreux indicateurs (18% de la population (12,3 millions d’habitants), 23% des emplois (premier bassin d’emploi européen), 31% du PIB (669 milliards d’euros), 40% des dépenses de R&D), alors que cette région est loin d’être plébiscitée par ses habitants (cherté du coût de la vie, temps de transports moyens, pollution, bruit, densité, éloignement des espaces naturels, etc.) et qu’elle porte en elle des contrastes saisissants en matière de conditions de vie (inégalités de revenus fortes entre département et quartiers, pauvreté, échec scolaire, précarité de l’emploi dans les classes sociales les moins élevées, etc.). 

Transformer la région IDF afin d’en faire la première région écologiste et solidaire impose de se doter de nouveaux indicateurs détachés de la production et des revenus, afin de mieux connaître les besoins mais aussi pour se doter d’un tableau de bord qui permette d’évaluer au mieux l’efficacité des politiques publiques mises en œuvre au regard de l’amélioration ou non des conditions de vie des Franciliens. 
C'est l’ambition de notre groupe de travail : aider à la construction de nouveaux indicateurs qui permettent de tenir ensemble les trois dimensions : économiques, sociales et environnementales.