Sans 2 roues motorisées, pour un espace public apaisé pour tous

13 Avril 2021

Se déplacer est une liberté fondamentale et l'investissement public dans les transports, les infrastructures communes la rend possible au plus grand nombre. Dans une région aussi dense que l'Île de France, le transport doit être accessible au plus grand nombre tout en étant vertueux (efficace, rapide, confortable et sans externalités négatives, bruit et pollution).

Malheureusement, les inégalités économiques et les limites des transports publics incitent certains à opter pour des solutions individuelles aux conséquences néfastes pour tous. Il y a plus de 130 000 scooters et moto en circulation, ce mode de transport est dangereux pour les conducteurs comme pour les piétons, il est très polluant, il s'arroge l'espace public (sur les trottoirs mais aussi en couvrant de bruit les rues voir les appartements) et il est inefficace car équiper les 20 millions de franciliens en scooter n'est pas une solution.

Des solutions alternatives existent (vélo personnel et en partage, VAE...) mais seule une politique volontaire pourrait juguler cet accaparement de l'espace public par une poignée d'individu.

L'interdiction d'utiliser ces véhicules (vignette bruit et/ou pollution, sanctuarisation des petites rues, d'heure) est une proposition forte qui ferait écho dans le quotidien des franciliens qui subissent ce mode de transport.

Connectez-vous pour participer

Se connecter avec ou
Vous n'avez pas de compte ? Cliquez ici pour en créer un.