Valérie Pécresse ou le sacrifice des solidarités

15 Décembre 2020

Aides en faveur des plus démunis supprimées, taux de pauvreté en hausse, chômage... L'action sociale n'a pas semblé être une priorité au cours de ce dernier mandat régional.


➡️Dès le premier budget de 2016, toutes les dépenses de solidarité ont été drastiquement réduites, voire totalement supprimées :

❌Les aides aux centres d’accueil et d’hébergement pour personnes sans abri (12M€).

❌Le plan exceptionnel pour l’accueil et l’hébergement des réfugiés (1,8M€).

❌Les politiques en direction des gens du voyage ou d’aide à la résorption des bidonvilles.

➡️Les grandes fractures sociales et territoriales n'ont cessé d'augmenter :

❌Le taux de pauvreté (15,9% en 2015) est en hausse constante depuis la crise de 2008 et dépasse le taux national.  

➡️Des conditions de vie qui ne cessent de se dégrader en Île-de-France :

❌Perte d’emplois et de revenus.

❌Réduction de l’activité.

❌Augmentation des charges pendant le confinement.

❌Endettement.

❌Impayés de loyer.

❌Obligation de se rendre dans ces lieux de distribution alimentaire.

❌Surmortalité.

Les personnes en situation de précarité sont les premières à subir les effets de la crise, alors que leur conditions de vie étaient déjà critiques.