La santé : un bien commun essentiel qui doit être accessible à tous les publics

Joël Deumier | 07 Avril 2021

Mercredi 7 avril, à l’occasion de la Journée mondiale de la santé, Audrey Pulvar s’est rendue dans les locaux de l’association Aremedia, qui a pour mission de promouvoir la santé publique, la prévention de comportements à risques et l’accès aux soins dans le cadre d’un travail en réseau auprès des jeunes et des populations en situation de vulnérabilité ou d’exclusion.

En d’autres termes, l’association va vers les personnes qui sont le plus éloignées du soin (notamment les personnes en situation de précarité, les migrant·e·s, travailleurs et travailleuses du sexe, personnes en milieu carcéral…), et mène également des actions de santé sexuelle en direction des  femmes ayant des relations sexuelles avec des femmes (FSF) et des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH). Aremedia fait partie des organisations pionnières en matière de prévention du VIH-Sida, des infections sexuellement transmissible, des addictions et des conduites à risques.

Accompagnée de Flora Bolter et Joël Deumier de Fiertés en Ile-de-France, Audrey Pulvar a pu échanger avec Marc Shelly, médecin et président d’Aremedia, Solène Bost, coordinatrice d’Aremedia et Winer Ramirez Diaz, responsable du projet « Hôpital Hors les Murs ».

Au cours des échanges, Audrey Pulvar a insisté sur la nécessité de renforcer les actions d’information et de dépistage en Ile-de-France en faveur la santé globale des personnes et à destination de tous les publics. Elle a également rappelé l’importance du rôle joué par les associations en santé publique conventionnées avec les pouvoirs publics telles qu’Aremedia pour une stratégie et une politique de santé efficace, qui touche réellement tous et toutes.

La Région Ile-de-France doit accorder une place essentielle au rôle joué par l’association dans l’accès au soin et le dépistage, et donc accompagner et soutenir davantage ces  associations afin qu’elles puissent développer leurs activités et augmenter le nombre de bénéficiaires. Audrey Pulvar s’y est engagée avec force et détermination.

La situation sanitaire n’est pas sans conséquence sur les activités de terrain d’Aremedia et des autres associations, notamment s’agissant de la lutte contre le VIH. Cependant, les associations ont aussi su  créer et mettre en oeuvre des programmes innovants pour rester en lien avec les publics cibles, destinataires des actions de prévention et de santé.

Programme combinés, démarches d’ « aller-vers » les publics qui, de manière générale, sont insuffisamment pris en charge par les services de l’Etat en raison de leur invisibilité ou de leur situation de vulnérabilité, programme « Hôpitaux hors-les-murs », recherches et documentation épidémiologiques pour les enjeux de santé encore faiblement pris en compte, notamment en direction des FSF et personnes trans, sont autant d’actions innovantes qui devront être soutenues demain par la Région Ile-de-France en lien avec les autorités compétentes dans le cadre d’une réelle politique de santé publique.

 

 

Joël Deumier

À propos de

Militant, ancien président de @SOShomophobie. Mes tweets et RT n’engagent que moi.