Soutenir les actions dans les lycées pour le respect dans les relations affectives

Véronique Gignoux-Ezratty | 21 Février 2021

Les jeunes ont entre 15 et 18 ans, quand ils sont en lycée professionnel, technologique et agricole C’est un âge où se développent les relations amoureuses. On sait que les incompréhensions entre partenaires peuvent conduire à des conséquences éprouvantes. Les personnes autistes qui, décodent mal les signaux, sont particulièrement touchées.  Les réactions d’intolérance à une proposition amoureuse provenant d’une personne jugée en dehors des critères d’acceptation tournent parfois au harcèlement. (LGBTQIA+ phobie, grossophobie, etc…)

Grâce à l’insistance des associations féministes, les particularités des appareils reproductifs masculin et féminin, et l’existence de personnes atypiques physiquement par rapport à ces caractéristiques sont maintenant enseignées en SVT. Le clitoris n’est plus oublié, ni les intersexes.

L’Enseignement moral et civique (EMC) porte, entre autres, sur la prévention de toutes les intolérances.

Cependant cela ne donne pas le mode d’emploi pratique. Les personnels dans les établissements peuvent être déroutés par ce sujet sensible et complexe. Les jeunes adultes peuvent vouloir discuter de cet aspect avec une personne avec qui ils ou elles ne sont pas en contact tous les jours. Il s’agit d’un sujet où le diplôme ne fait pas la compétence pour aider, voire la volonté de le faire.

La région doit s’emparer du sujet :

- En diffusant, les numéros et lieux d’écoute

- En organisant des séances de sensibilisation au consentement

- En organisant un concours pour les lycéens : réaliser une production (affiche, film, bd, …) pour faire discuter et sensibiliser,

- En mettant les personnes concernées par les actions de sensibilisation en réseau pour permettre l’échange de bonnes pratiques,

- En finançant les actions des associations reconnues dans les lycées.  (Ces associations interviennent à la demande des enseignants uniquement).