Nous, Franciliennes et Franciliens, nous considérons qu’il n’y a pas de fatalité. Mais il y a urgence. Urgence sanitaire certes mais aussi urgence sociale, urgence économique et urgence climatique. Ces urgences nous exhortent à un sursaut démocratique.

C’est pourquoi, nous, étudiant.e.s et apprenti.e.s, salarié.e.s et entrepreneur.ses, demandeur.ses d’emploi et précaire.s, agriculteurs.trices, employé.s et ouvrier.ères, militant.e.s associatifs.ves et citoyen.ne.s engagé.e.s, ruraux.ales et citadin.nes, chercheur.e.s et artistes, jeunes adultes et retraité.e.s, avons fait le choix d’une liste commune pour les élections régionales en Ile-de-France. 

Nous sommes Ile-de-France En Commun 

Ce mouvement rassemble des citoyennes et des citoyens, ainsi que de nombreuses personnalités issues de la société civile, des élu.e.s, des sympathisant.e.s et des adhérent.e.s de plusieurs partis politiques, comme le Parti Socialiste, Place Publique, le Parti radical de Gauche, les Ecolos solidaires et Allons Enfants.

Les mobilisations récentes ont démontré la volonté, dans un grand nombre de territoires, de bâtir un modèle de société plus écologique et solidaire, plus responsable et résilient. 



Cela ne veut pas dire renoncer, mais croire et espérer dans une région plus juste, nous fixer un cap plus courageux, nous promettre un avenir plus sûr. 

L’Île-de-France bat beaucoup de records. C’est la région la plus riche de France mais également celle des plus grands écarts de revenus. Les pratiques agricoles y sont parmi les plus intensives et le niveau de pression des activités humaines en fait une des régions les plus touchées par l’effondrement de la biodiversité. C’est aussi la région des logements chers, anciens et dégradés, et des transports encombrés. Des inégalités sociales et des pollutions. 

L’Ile-de-France a des moyens importants, mais Valérie Pécresse ne les a pas mis au service de toutes les Franciliennes et tous les Franciliens. Elle a fait reculer nos droits et renforcé les inégalités : diminution des financements pour les quartiers populaires, pour les étudiants boursiers, pour l’apprentissage, suppression de la gratuité de la contraception pour les jeunes femmes, soutien à des associations anti-IVG, division par trois du soutien aux acteurs de la politique de la ville, réduction par deux du budget dédié au logement… C’est inacceptable. 

Nous, Franciliens et Francilienne.s, voulons des logements abordables, des transports en commun de qualité, des pistes cyclables démultipliées, des terres agricoles préservées, des commerces de proximité, des institutions culturelles renforcées et des lycées rénovés. 

Nous voulons que toutes celles et ceux qui souffrent du bruit, d’un air pollué, du temps passé dans les transports, vivent mieux, où qu’ils demeurent, travaillent ou visitent l'Ile-de-France. Nous avons déjà proposé plusieurs propositions fortes : la gratuité des transports en commun, la création d’une assemblée citoyenne du long terme, la conditionnalité écologique et sociale des aides, un pass unique pour les jeunes en Île-de-France, etc. 



Nous, Franciliennes et Franciliens qui vivons en Essonne, dans les Hauts-de-Seine, Seine-et-Marne, en Seine-Saint-Denis, à Paris, dans le Val-d’Oise, dans le Val-de-Marne et les Yvelines, nous avons rendez-vous avec nous-mêmes. 

Ayant choisi la voie de l’union des le premier tour, le Parti Socialiste, Place Publique, le Parti radical de gauche, Les écolos solidaires et Allons Enfants représentent ensemble l’alliance de la gauche sociale et écologique qui parce qu’elle est unie, constitue une alternative forte et crédible à la politique inégalitaire et écologiquement irresponsable de Valérie Pécresse. 

Participez à la grande consultation, rejoignons-nous et ensemble pour notre bien en commun, votons Ile-de-France en commun aux élections régionales !