Mémoires, Histoire, patrimoine en Val-de-Marne

Angélique Susini | 02 Février 2021

Dans la petite couronne, le Val de Marne apporte depuis toujours à la densité parisienne, l’air vert du Bois de Vincennes dont le parc floral et le jardin zoologique constituent depuis longtemps des lieux bien connus.

Un peu plus loin, Nogent-sur-Marne a accueilli régulièrement, sur les bords de Marne, guinguettes et lieux de farniente où la danse et l’insouciance ont été immortalisées sur de belles toiles de maître et chantées par plusieurs célébrités comme « Ah le petit vin blanc ! » de Jean Dréjeac.

De l’aéroport d’Orly sont arrivées des générations de familles qui se sont installées dans toute l’Ile-de-France, donc aussi dans ce territoire, lui donnant ses coloris variés, les familles portugaises, antillaises, juives ou musulmanes d’Afrique du nord dont le groupe de rap val-de-marnais 113 a si bien raconté les pérégrinations estivales entre « le bled » et la « cité ».

Ces trajectoires migratoires sont économiques, mais aussi politiques : fuir la misère et la dictature, rechercher des opportunités pour soi et sa famille ou simplement vivre la démocratie et la liberté au grand air.

Si la France accueille très tôt des réfugiés arméniens, Alfortville, la « petite Arménie » est, depuis plus d’un siècle, un des centres les plus féconds de cette communauté qui a marqué la ville de son identité, tissant des liens profonds et durables avec les autres habitants. Solidaire, la commune a aussi été le lieu de vie de l’Abbé Pierre pendant les dernières années de son parcours.

Terre de contraste, le Val-de-Marne abrite le plus grand bidonville d’Europe à Champigny-sur-Marne, entre la fin des années 50 et sa destruction au début des années 70 ; mais également, à Vincennes, le plus grand et le mieux conservé des châteaux forts de France. La bâtisse érigée sous Louis VII et Charles V abrite d’ailleurs encore de nos jours les précieuses archives de nos armées. En effet, de par sa proximité avec Paris, le Val-de-Marne disposait de plusieurs forts qui protégeaient la capitale comme celui d’Ivry.

Plusieurs lieux du département sont également célèbres pour leur qualité architecturale, comme le pont du port-à-l ‘anglais entre Vitry-sur-Seine et Alfortville ; ou l’école vétérinaire de Maisons-Alfort, construite en 1766 et qui est la plus ancienne école vétérinaire du monde à être encore installée sur son site d’origine.

Bien que les lieux de naissance ne déterminent pas forcément un destin, celui-ci rejaillit forcément, donnant un sens aux engagements des habitants de ce territoire qui ont très majoritairement donné leurs voix à la gauche au point que le Val-de-Marne a été un des départements phares de ce que l’on a appelé la Banlieue rouge – une grande partie de ses communes a longtemps été dirigée par le parti communiste et le Conseil départemental l’est encore à ce jour.

Cette histoire ouvrière a commencé avec les nombreuses usines et manufactures dont certaines survivent et d’autres sont condamnées… Elles ont façonné des vies, comme l’usine Renault à Choisy-le-Roi.

Cimenteries, carrières… avec des enjeux de santé environnementale désormais quand on pense à la pollution des sols, aux déchetteries et aux incinérateurs qui sont installés dans ce département.

Enfin, le Val-de-Marne est une terre de cultures et de mémoires.

On ne compte plus les heures de tournages ou d’enregistrements de films, séries ou émissions dans les légendaires studios de Bry-sur-Marne, encore opérationnels aujourd’hui grâce à la mobilisation des salariés et du monde de l’audiovisuel.

Champigny sur Marne dont l’histoire est très liée à la figure de Georges Marchais, abrite aussi un des principaux musées nationaux de la Résistance tandis que Villejuif porte encore la mémoire de plusieurs attaques terroristes, en 2015 notamment.

Arcueil pourrait fredonner sans cesse les airs de son enfant, Erik Satie comme d’autres villes sont les demeures d’hommes et de femmes dont les travaux et les créations ont rendu la vie meilleure et plus belle : Georges Méliès, Eric Cantona, Mathieu Kassovitz, Pierre Lescure, MC Solaar, Charles Trenet, Sarah Bernhardt, Sheila ou encore Vanessa Paradis…

Et c’est à Créteil que dès 1979, fut créé un Festival international du film de femmes, dont l’objet, unique, est d’une actualité criante : lutter contre les stéréotypes, travailler sur les représentations et combattre toutes les formes de discrimination.

Angélique Susini

À propos de

Conseillère municipale de la ville de Cachan, Membre du groupe socialiste - @PSvaldeMarne @MJS_94 🌹✊