Mémoires, Histoire, patrimoine en Seine-et-Marne

Jonathan Kienzlen | 02 Février 2021

Plus grand département d’Ile-de-France, la Seine-et-Marne est riche d’un patrimoine, à la fois immobilier (site, immeubles), mobilier (documents), et immatériel (paysages, mémoires et cultures) qui a impacté notre mémoire collective.

Cette mémoire, c’est aussi celle d’évènements qui, tout au long des siècles, et notamment au siècle dernier, ont façonné l’Ile-de-France et nos valeurs.

La Seine-et-Marne comprend des lieux de peuplement très anciens à l’époque préhistorique (Chelles et Pincevent), sans oublier les gravures rupestres mésolithiques de la Forêt de Fontainebleau.

Beaucoup plus tard l’évangélisation de la Brie par Saint Fiacre eut pour conséquence la fondation de nombreuses abbayes et fut facteur de civilisation. L’art roman a été submergé par le gothique, mais n’a pas disparu.

L’époque féodale vit la construction de châteaux féodaux et la vocation résidentielle ou plaisancière de la région s’affirma jusqu’aux 17ème et 18ème siècles. Provins, Meaux, Melun, châteaux de Fontainebleau, Vaux-le-Vicomte, Blandy-les-Tours ou Champs-sur-Marne, sites de Barbizon ou Morêt-sur-Loing sont autant d’exemples du patrimoine immobilier qui s’est constitué au cours des siècles passés, et jusqu’à aujourd’hui.

Le département a également pu compter sur l’Importance de son rôle commercial, au travers de nombreux marchés et de très belles Halles comme celle d’Egreville par exemple.

C’est sous la Révolution que se constitua le département de Seine et Marne en associant la Brie Champenoise, la Brie française et le Gâtinais.

Napoléon fit de Fontainebleau une de ses résidences principales. Le 19ème siècle vit la naissance de l’industrie : raffinerie de sucre de betteraves, faïencerie de Montereau et de Rubelles, verrerie de Bagneaux, Chocolaterie Menier de Noisiel, ainsi que l’arrivée de nouvelles populations venant des régions centrales de la France grâce aux chemins de fer.

La Première puis la Seconde guerre mondiale impactèrent largement la population de ce département.

Mais l’arrivée tout au long du siècle de migrants venus des régions européennes, Italiens, Portugais, Polonais puis de tous les pays du pourtour méditerranéen, ainsi que de l’Afrique subsaharienne, ont contribué à la diversité de la population seine-et-marnaise.

Sa richesse mémorielle, fruit de ces apports divers, mérite d’être mise en valeur, tout comme les ensembles architecturaux et urbanistiques du 20ème siècle telles que les villes nouvelles de Marne la Vallée et Sénart, et le rôle essentiel des cours d’eau, régulés par des barrages et des canaux.

La Seine-et-Marne, ce sont aussi les expériences de Pasteur à Pouilly-le-Fort (Vert-Saint-Denis), les carrières de pierres meulières qui ont servi à la construction du métro parisien et à des milliers de pavillons de banlieue, l’épopée des taxis de la Marne qui a permis de protéger Paris, Arthur Chaussy, l’un des « 80 » à avoir voté contre les pleins pouvoirs à Pétain.

Ce sont aussi des moments tragiques que nous ne devons pas oublier.

Assassinat de Georges Mandel par la milice près de Fontainebleau, fusillés de plaine de Chanfroy à Arbonne-la-Forêt, fusillés de Villeneuve-Saint-Denis, otages fusillés à Chalautre-la-Petite sont là pour nous rappeler les valeurs républicaines que nous défendons.

Il n’y a pas de patrimoine historique sans patrimoine naturel et humain et sans mémoire.

Et pour nous, cette mémoire, c’est aussi celle qui a façonné l’Ile-de-France d’aujourd’hui et nous permettra d’inventer l’Ile-de-France de demain.

Une Ile-de-France où la diversité culturelle et humaine constitue une richesse et une source d’émancipation.

Jonathan Kienzlen

À propos de

CR @iledefrance (CA @ONDIF @linstitutPR) ; 1er SF @PSValdeMarne et SNA @partisocialiste ; Dir. vie de la cité @Alfortville_94 ; ex-historien et ex-journaliste (@esjparis) ; Passions non exhaustives : 🏎🏐⚽️🎾🎬🎥📚🎼🐼