Low tech vs High tech : toute technologie est-elle bonne à prendre ?

Atelier Innovation et Recherche - Île de France en Commun | 19 Février 2021

Pourquoi la Région Ile-de-France a besoin d’une nouvelle vision sur l’innovation technologique ? 

La Région Ile-de-France a besoin de se poser des questions sur la technologie, le numérique et l’innovation ; entendue comme le processus qui permet d’amener une idée jusqu’à son impact. D’abord, parce que la Région a la responsabilité du développement économique et donc des innovations qui permettent aux entrepreneurs de grandir et d’être compétitifs. Ensuite parce qu’il n’y a pas en 2021 de politique publique qui n’ait pas à se poser la question de la technologie: dans le transport, faut-il des bus autonomes ? Dans le logement, faut-il lutter contre AirBnB ? Pour la démocratie participative, faut-il une application mobile malgré la fracture numérique ? Et quand il faudra soutenir l’économie dans le monde de l’après-COVID, la Région devra t-elle soutenir toutes les technologies, juste parce qu’elles sont rentables, même si elles nuisent à l’environnement ou creusent les inégalités ?

La Région doit d’autant plus se poser ces questions que deux siècles après la machine à vapeur et l’épopée industrielle, nous savons que tout progrès technique n’est pas forcément un progrès pour tous et pour la planète - l’épuisement des ressources, les dégâts sur l’environnement, le changement climatique et l’inarrêtable montée des inégalités dans l’économie “ubérisée” sont passées par là. Pourtant, on constate encore trop d’effets de modes et d’excès d’enthousiasme autour de certaines technologies (ex: assistants domestiques connectés) dont l’impact n’est pas assez regardé. II faudrait plus d’évaluation des impacts sociaux et environnementaux. Mais qui doit porter la responsabilité de cette évaluation ? L’entrepreneur ? L’ingénieur ou le scientifique ? Le consommateur, qui n’a pas forcément le temps ou les moyens ? Ou la puissance publique ? Tous ont un rôle à jouer, et nous pensons que la Région doit prendre pleinement sa part. 

Nous voulons d’une Région Ile-de-France qui se pose des questions avant de soutenir une innovation. Dans sa stratégie pour l’innovation 2017-2021, la précédente mandature considérait toutes les technologies (numériques) comme stratégiques, sans distinguer le bon grain de l’ivraie. Mais nous, nous voulons d’une Région qui puisse soutenir la technologie numérique ou industrielle la plus pointue (high tech), si elle est utile ; mais aussi savoir privilégier les solutions qui réinventent nos modes d’organisation et de consommation avec des techniques simples et des approches ouvertes (low tech).

 

Demain, les exemples ne manqueront pas. 

Dans l’agriculture biologique par exemple, pour éliminer les mauvaises herbes, faudrait-il avoir recours à des robot-tondeuses qui les détectent grâce à une IA et les arrachent (high tech) ; ou bien changer de logique et basculer vers la permaculture (low tech) ? Faudra t-il aider les grandes exploitations céréalières à acquérir des drones pour analyser l’hydrométrie et réduire la facture d’arrosage, sans se poser la question de savoir si cela est soutenable ou souhaitable ?

Dans la construction de demain, faudra-t-il imprimer des pièces de béton en 3D (high tech), ou changer de matériau de construction dans un esprit d’éco-conception, comme ce que permet le projet cycleterre à Sevran, qui réutilise des terres excavées du GPE (low tech) ?

Pour un transport zéro-carbone, faudra-t-il soutenir le développement effréné des vélos électriques en libre service dont les systèmes utilisent parfois des métaux rares et non recyclables (high tech), ou bien faudrait-il simplement développer les circuits de réparateurs de vélos, les garages à vélo et lutter contre le vol (low tech) ? 

Alors quand la Région Ile-de-France se posera ces questions, face à une innovation low tech ou high tech, nous proposons qu’elle le fasse sur la base de 4 critères simples, partagés et transparents :

  1. Quel est le bénéfice de cette nouveauté pour les individus ?
  2. Quel est le bénéfice pour la société, la réduction des inégalités, la nature et l’ensemble des communs ? Ce bénéfice se réalisera t-il facilement ou y a-t-il des freins (ex: propriété intellectuelle) ?
  3. Quel est le coût de cette nouveauté en termes de ressources, et en particulier de ressources non renouvelables, et/ou rares ?
  4. Quel est le coût de cette nouveauté en termes d'énergie(s), en cycle de vie complet ?

 

Ces critères, s’ils sont retenus, devront donc correspondre à des éléments à fournir dans chaque appel à projet de la Région, afin qu’ils puissent être évalués au moment des choix. 

En systématisant l’évaluation sociétale et environnementale des technologies, la Région Ile-de-France sera fière de mettre ses valeurs en cohérence avec ses actions. Low Tech ou High Tech, la bonne innovation ou technologie sera celle qui répond à un besoin et non à une mode, et qui s’inscrit dans le cadre d’une économie décarbonée, résiliente, circulaire et responsable.