L'audition inspirante et motivante de Valentin PICQ de Time for the Planet

Youcef Bouabdallah | 12 Mars 2021

A l’heure où le gouvernement se demande que faire avec l’épargne des français.e.s nous avons auditionné Valentin Picq de Time for the Planet qui fait le pari d’un fonds d’investissement 100% vert.

 

Time for the Planet est un fonds d’investissement citoyen ouvert à tous (SCA), co-fondé par 6 entrepreneurs concernés par le changement climatique, qui, à la suite des recommandations du GIEC, ont décidé de détecter des innovations permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

L'objectif est de lever 1 milliard d’euros pour investir dans 100 entreprises des 5 secteurs recommandés par le GIEC : transports, énergie, agriculture, BTP, Industrie permettant de décarboner l’économie.

 

Les principes de fonctionnement du fonds :

  • possibilité à chacun de devenir actionnaire, à partir d’un euro, aujourd’hui 11 500 citoyens y participent et représentent 95% du montant à ce jour levé ;
  • tous les dividendes seront réinvestis dans d'autres innovations, et ne pourront être remontés aux co-actionnaires ;
  • détecter les innovations qui vont changer la donne et trouver des entrepreneurs aguerris pour les valoriser. Un premier filtre de détecteurs et d’évaluateurs font remonter des innovations qui sont ensuite évaluées par un comité scientifique formé de 14 membres bénévoles puis évaluées économiquement via des tests marché.
  • toutes les innovations seront mises en opensource.
  • L’agence Carbone 4 évaluera les émissions évitées pour chaque filiale créée : indicateur clé (TRP : Taux de retour pour la Planète : eq tonnes de CO2 évitées/captées).

 

Le fonds est aujourd’hui doté de 1.7 millions d’euros avec pour objectif 10 millions d’euros fin 2021 et la création de 3 premières entreprises.

250 innovations ont été reçues depuis fin 2020, plus de 1000 bénévoles structurent la démarche Time for the Planet que se soit dans l’évaluation et la sélection des projets ou qui accompagnent le démarche globale par l’apport d’expertise (traduction, juridique, marketing etc.).

 

C'est le genre de projet qui nous inspire, comment la Région peut-elle et doit-elle organiser l'action économique pour atteindre les objectifs de l'accord de Paris ? Des structures de valorisation, aux fonds d'investissement en passant le filtre des choix citoyens, c'est la création d'une vision stratégique, forte, et des objectifs ambitieux que nous devons porter.