« Une région inclusive, où tout le monde puisse être soi-même, quel que soit ce soi-même »

Joël Deumier | 16 Mars 2021

« Une Région Ile de France inclusive, où tout le monde puisse être soi-même, quel que soit ce soi-même »

Le 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, Audrey Pulvar a rappelé son engagement contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes, notamment en se joignant au cortège militant organisé par les associations. Parce que toutes les femmes sont concernées par ces violences, mais sous des formes différentes, elle a souhaité échanger avec des associations d’aide et de soutien aux lesbiennes, femmes bi et trans.

Vivre et aimer librement, quelle que soit son orientation et son identité de genre, doit être un droit partout dans notre région. Pour cela, les politiques régionales de demain, en Ile-de-France, intègreront de manière transversale la lutte contre toutes les formes de discriminations et de violences, notamment lorsque ces dernières se cumulent, comme dans le cas des violences et discriminations envers les femmes lesbiennes et trans, qui croisent haine au prétexte de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre et sexisme. 

« Je veux une Région Ile de France inclusive, où tout le monde puisse être soi-même, quel que soit ce soi-même » a déclaré Audrey Pulvar en préambule de sa rencontre avec des représentantes de trois associations : Acceptess-Transgenre, Les lesbiennes dépassent les frontières et le MAG Jeunes LGBT+. 

Le constat fait par ces représentantes  des associations est unanime : les lesbiennes, les femmes bi et trans sont exposées au sexisme le plus ordinaire dans leur vie quotidienne, mais à cela s’ajoute un niveau de violence ou de discrimination supplémentaire lorsque leur orientation sexuelle ou/et leur identité de genre est perçue, voire imaginée, par certaines personnes. Sursexualisation omniprésente, assortie de menaces de violences, souvent à connotation sexuelle, voire de violence physiques ou sexuelles et de harcèlement, ou au contraire invisibilisation et négation totale de leur existence : les violences lesbophobes et transphobes sont une réalité. Et souvent, les victimes sont confrontées à l’incompréhension des services et professionnel·le·s censé·e·s leur venir en aide : intervention cauchemardesque en lycée amplifiant des phénomènes de harcèlement, informations erronées en matière de santé, injures tolérées dans les transports, procédures d’asile inadaptées à la réalité de violences intrafamiliales massives dans le pays d’origine…

C’est la raison pour laquelle nous nous engageons à mener des actions, en lien avec les associations, pour accroître la visibilité des femmes, notamment lesbiennes et trans, et des enjeux les concernant. Les agents de la Région et notamment, celles et ceux qui sont en contact avec le public, recevront une formation spécifique pour prévenir les discriminations sexistes et LGBTIphobes dans toutes leurs dimensions, notamment lorsque s’y ajoutent des éléments de racisme. 

La situation des femmes lesbiennes et trans migrantes recouvre également des spécificités et des vulnérabilités qui attendent une réponse dédiée de la part des services publics. La Région Ile de France prendra toute sa part, en lien avec les services de l’Etat, pour soutenir les associations qui accueillent et prennent en charge les demandeuses d’asile.

Notre échange a également été l’occasion d’aborder les violences racistes. Les propos et les comportements racistes, y compris envers les personnes d’origine asiatique qui rapportent une forte augmentation des actes dans les derniers mois, peuvent s’ajouter, chez de nombreuses femmes et hommes, à d’autres types de discriminations vécues à raison du genre, de l’orientation sexuelle, de l’identité de genre. Toute notre vigilance s’impose à cet égard et des réponses efficaces doivent être trouvées pour prévenir ce type de racisme trop souvent tue et nié, renvoyant les victimes dans une solitude qui peut aggraver leur mal être. La lutte contre les discriminations doit se nourrir des expériences de vie de toutes les personnes qui en sont victimes, et se renforcer par une approche multidimensionnelle.

Audrey Pulvar a réaffirmé sa détermination à protéger, en tant que Présidente de la Région Ile-de-France, toutes les victimes de discrimination. Elle s’est engagée à soutenir celles et ceux qui s’engagent, au quotidien, à travers des associations, pour aider et soutenir les personnes victimes de LGBTIphobies, de racisme et de toutes les formes de discrimination. 

A présent, c’est à vous de nous aider à construire ensemble une Région plus solidaire et plus inclusive ! Quelles sont vos attentes ? Vos difficultés ? Vos aspirations ? N’hésitez pas à contribuer et partager vos contributions ici !

 

Joël Deumier

À propos de

Militant, ancien président de @SOShomophobie. Mes tweets et RT n’engagent que moi.