Flins-sur-Seine : défendons la chaîne de production

Dieynaba Diop | 27 Janvier 2021

Le groupe Renault a fait connaître, par un communiqué de presse, son intention de faire de l’usine de Flins « la première usine européenne dédiée à l’économie circulaire de la mobilité ». Comment ne pas se féliciter d’une telle annonce ? On passerait de l’ancien monde, industrieux et productif, au nouveau monde, bas carbone et recyclé.

Seulement voilà, tout le marketing du monde n’empêchera pas de faire oublier que ce projet signifie d’abord et surtout l’arrêt de la chaîne de production automobile qui sort aujourd’hui de l’usine Renault de Flins.

Le tout se passe dans un silence assourdissant à la faveur de la crise sanitaire. La casse sociale ne manquera pas d’être lourde ! Les chiffres ne mentent pas : si Renault promet d’employer « plus de 3 000 personnes sur le site d’ici à 2030 », ce sont bien des licenciements et de non-renouvellements de contrats qui se profilent. Le site compte aujourd’hui environ 3 700 personnes (2 600 salariés Renault et plus de 1 100 intérimaires). Et on nous annonce qu’en 2025, le site ne comptera plus que 1 700 à 2 100 salariés… combien de familles, derrière ces chiffres, vont sombrer dans la précarité ?

Nous soutiendrons les mobilisations des salariés, des acteurs du territoire, des citoyens, de tous. Après la fermeture de la centrale EDF de Porcheville, nous pourrions perdre à terme un nouvel acteur industriel clé de notre territoire. La crise sanitaire nous a appris l’importance des circuits courts, le besoin d’avoir une capacité de production sur le territoire national. Flins-sur-Seine pourrait être le fer de lance de la mobilité de demain avec l’expérience acquise grâce à la Zoé. Les ouvriers de Renault Flins représentent une richesse humaine. Il est possible d’allier le meilleur de l’ancien monde avec les promesses du nouveau grâce à la mobilité électrique. Encore faut-il le vouloir !

Dieynaba Diop

À propos de

Enseignante de Lettres-Histoire en lycée professionnel, je suis l'heureuse Maman de 3 filles. Elue de terrain et femme engagée, je ne conçois mon engagement politique qu'au service des autres.