Soutien aux femmes de chambre de l'hôtel Ibis des Batignolles

Yasmine El Jaï | 07 Avril 2021

Audrey Pulvar était devant les Prud'hommes ce matin en soutien aux femmes de chambre de l'hôtel Ibis Batignolles qui luttent depuis 20 mois ! Elles sont en effet en grève depuis le 17 juillet 2019 contre leurs conditions de travail, et en chômage partiel depuis le 16 mars 2020. 

Salariées de la STN, société de nettoyage sous traitante des hôtels du groupe Accor au chiffre d’affaires de 83 millions d’euros, elles se mobilisent pour améliorer les conditions de travail des 4 085 employé.e.s. 

#AccorStopLaSoustraitance 

A chaque rendez-vous de mobilisation, on retrouve par exemple Sylvie Kimissa, mère de famille congolaise de 50 ans entrée en Europe par l'Italie, qui mène ce groupe de 20 salariées qui se bat pour des conditions de travail plus dignes et des contrats plus sécurisants. 

Derrière les parcours individuels, ces nombreuses femmes africaines font un travail de l'ombre utile, et pourtant si invisibilisé et déprécié. Leur courage est immense, malgré la peur des représailles et de perdre leur emploi. 

Simplement que leur travail et leur temps de travail soient respectés et leur permette de vivre décemment. Cela commence par le fait de ne plus être employées de sous-traitants, mais directement par le groupe Accor qui dispose d'une convention collective plus favorable.

Parmi leurs revendications, elles demandent également d'être rémunérées au temps de travail et non à la chambre, avec une reconnaissance de leur qualification, la fin du temps partiel imposé (fin des contrats de 4h ou 5h) et la fin de l’abattement illégal de 8% sur l’assiette des cotisation sociales, ainsi qu'une indemnisation de restauration, une prime de lit supplémentaire (2€ par lit), une prime habillage-déshabillage (250 € / an) et le remboursement des transports à 100%. 

Autant de revendications qui permettraient à ces femmes de meilleurs conditions de vie et d'être autonomes financièrement.  

Demain, une Région à leurs côtés : 

  • En étant une région « tiers de confiance » : en étant impliquée dans les négociations professionnelles dans le cadre de sa compétence développement économique et touristique s’agissant du secteur de l’hôtellerie, notamment en vue des JOP 204.
  • En soutenant les entreprises avec des clauses sociales : en rétablissant une conditionnalité sociale des aides de la Région et proposant une charte sociale qui engagerait les entreprises bénéficiant des aides à se conformer à un standard de bonnes pratiques sociales. Cet engagement en matière sociale comporterait un volet de lutte contre les inégalités salariales entre les femmes et les hommes.
  • Dans les établissements gérés par la Région, améliorer les conditions de travail des employés des sous-traitants de la SNCF et de la RATP (notamment en charge du nettoyage).
  • En développant l'accès à de la formation : les femmes de chambre doivent avoir des perspectives d’évolution de carrière et la Région peut répondre à cette aspiration en proposant des formations auprès de publics fragiles, en renforçant la carte des formations et en communicant mieux les offres.

 

Retrouvez les photos de la mobilisation : 

 

Yasmine El Jaï

À propos de

4e génération de MilitantEs #socialistes - #egaliteFH - #education - #participationcitoyenne - #Paris18 - #IDFencommun - Mes tweets n'engagent que moi.