Circuits courts, commerces de proximité : résistons à la crise

Olivier Bouton | 31 Janvier 2021

Retrouver le chemin des commerces de proximité, favoriser les circuits courts : des enjeux essonniens pour résister à la crise.

Dans de nombreux territoires ruraux comme urbains, les Essonniens ont développé des initiatives pour favoriser les circuits courts. Ils ont en particulier constitué des AMAP depuis plusieurs années. Enracinées au plus près des habitants, ces organisations ont développé des relations directes avec les producteurs, ont organisé de véritables circuits de distribution en mettant la main à la pâte. Parfois, la demande va jusqu’à dépasser l’offre. Les maraichers souvent BIO, sont en quête de terre agricole de surfaces raisonnables pour créer ou développer leur activité et ainsi répondre aux attentes des consommateurs.

Le 1er puis le 2e confinement ont été des accélérateurs en matière de circuits courts. Des producteurs ont développé la vente à la ferme, la vente sur les marchés forains et la vente directes aux consommateurs sur la voie publique. Favoriser les circuits courts c’est œuvrer pour l’agriculture et l’économie durables respectueuses de l’environnement, du rythme des animaux et de la nature.

Les petits commerces souffrent de la crise, des confinements et du couvre-feu. Nombre d’entre eux ont appris à utiliser sur les plateformes de vente en ligne, souvent avec le soutien des collectivités territoriales. La clientèle répond favorablement à ces initiatives de « Click and Collect » qui, bon an, mal an, permet d’entretenir un contact local et de soutenir le commerçant auquel on est attaché.

Avec Ile de France en commune Essonne, inventons de nouvelles initiatives à l’échelle du centre-ville, à l’échelle de notre quartier pour une ile de France durable et responsable. Des circuits courts pour les cantines des lycées qui associent producteurs et commerçants du territoire. Des circuits courts dans notre vie quotidienne à la maison ou dans nos entreprises. Ils sont à la base de la société de demain, celle de l’entraide, celle qui recréera ce lien entre les jeunes et les séniors, entre le collectif et les personnes isolées.