Pour un vrai budget participatif régional

Mathilde Maulat | 12 Février 2021

 

Tel qu’il a été conçu, l’actuel budget participatif de la région ne permet pas une large participation des habitants comme on peut le voir ailleurs. En cause, le choix qui a été fait de privilégier la voie de la subvention et non la prise en charge des dépenses engagées directement par la collectivité. La conséquence est double. D’une part seules peuvent déposer des projets des collectivités, des entreprises ou des associations puisque le principe de la subvention implique l’existence d’une structure juridique capable de contracter avec la région pour pouvoir être financée. D’autre part, ce principe conduit à une prise en charge seulement partielle des dépenses engagées puisque le taux de subventionnement suivant les projets n’excède jamais 70% du montant. 

Ainsi, à l’issue de la première édition, le constat est que ce budget participatif n’en a que le nom et qu’il a surtout permis à des collectivités de profiter d’une aubaine pour compléter leur capacité d’investissement, parfois dans des domaines très éloignés des compétences de la région. Quelques associations, néanmoins, auront pu obtenir par ce biais une part de financement de projets.

Compte tenu de la nature spécifique de l’institution régionale en termes de compétences, de capacité d’intervention et d’organisation, il lui est sans aucun doute très compliqué de prendre en charge d’intégralité de la conceptions technique, du financement et de la réalisation des projets soumis comme peut le faire une commune. C’est pourquoi afin de renforcer la vocation participative et citoyenne de ce dispositif, il est proposé ici de recentrer ce budget participatif vers les associations et des collectifs d’habitants. 

D’autres dispositifs existent pour l’accompagnement des collectivités et des entreprises.

Il est également proposé de permettre un financement à hauteur de 100% du montant des projets soumis.

Par ailleurs, il y aura lieu d’assurer une communication puissante envers les Franciliens afin de donner de la visibilité au budget participatif qui n’en est qu’à sa deuxième édition et pâtit donc d’une très faible connaissance de la part des habitants.

Mathilde Maulat

À propos de

Elue #Paris13 Place publique. Directrice de campagne adjointe, chargée de la #démocratie participative et de la nouvelle #gouvernance