Lier au pass Jeunes les aides des associations et les aides des services publics

Atelier Lutte contre les discriminations | 29 Mars 2021

Proposition

Mettre les aides matérielles apportées par les associations au même niveau que les aides financières de l’Etat dans les services / guichet unique proposés aux jeunes pour les faire connaître davantage, notamment via le Pass Jeunes.

Constat

Souvent dans la présentation des aides apportées par l’Etat, on ne met pas en avant « ce qui est gratuit ». Or souvent les services gratuits et pratiques sont à faire connaître autant que les aides financières, elles sont tout aussi utiles et parfois méconnues. Le premier vecteur de ces aides pratiques « en nature », en Ile de France : 200 000 associations et 2 millions de bénévoles qui sont potentiellement en contact avec des jeunes publics et relais de l’accès aux droits (dont 450 000 dans le domaine du sport avec 2,4 millions de licences, un réseau de proximité de première importance vers les jeunes) Le premier destinataire possible : 20 000 jeunes apprentis sont actuellement sans employeur et pourraient utilement être aidés par des associations spécialisés alors que l’insertion professionnelle est une compétence régionale.

Contexte

Côté bénéficiaires : parmi les personnes touchées par les conséquences sociales de la crise, les jeunes, étudiants boursiers ou en situation de précarité. Une aide directe de 150 euros est à faire connaître via les associations, elle va être versée à l’échelle nationale à 560 000 jeunes de moins de 25 ans non-étudiants touchant les allocations logement par les CAF. En Ile de France, 84 000 jeunes concernés. Pour eux, le contact avec l’administration est compliqué et méconnu. Les associations permettent une action en proximité vers ces publics.

Côté offres : le pass jeune pourrait intégrer les aides des associations.

Autre type de dispositif, le pass culture, qui a été expérimenté sur 5 puis 14 départements (128 000 jeunes). Mais il ne promeut que très peu ce qui est déjà gratuitement accessible et peu connu. Il va être généralisé pour les jeunes de 18 ans (810 000 jeunes), en ouvrant droit à 300€ d’achats de biens culturels (contre 500€ dans l’expérimentation dont 150€ réellement dépensés). C’est ce type de contradiction que veut résoudre notre proposition en s’appuyant sur la proposition phare de Pass Jeunes.

Connectez-vous pour participer

Se connecter avec ou
Vous n'avez pas de compte ? Cliquez ici pour en créer un.