Alliance des élu.e.s, citoyennes et citoyens franciliens pour la responsabilité climatique.

Cinq ans après la signature de l’accord de Paris sur le climat, deux ans après la COP14 biodiversité et alors que la France peine à s’engager nettement dans la transition écologique, nous, maires et élus locaux, réaffirmons notre engagement à lutter contre le dérèglement climatique et pour la protection de l’environnement.

La COP 21 a permis une prise de conscience salutaire. Un engagement fort a été pris au niveau européen avec l’adoption du Green New Deal et nous avons dans nos responsabilités mis en œuvre des solutions locales vertes et décarbonées.

Pourtant, une nouvelle étape doit être franchie d’urgence pour atteindre les objectifs fixés. Mercredi 2 décembre, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) rendait son rapport préliminaire. L’année 2020 fait partie des trois années les plus chaudes jamais relevées et c’est la sixième année d’affilée à battre tous les records.  L’augmentation de la température moyenne mondiale, par rapport à la période préindustrielle, pourrait atteindre temporairement les + 1,5 °C d’ici à 2024, seuil à ne pas dépasser selon l’accord.

Aujourd’hui déjà, près de 20 millions de personnes sont déplacées ou réfugiées climatiques dans le monde, chaque année. Dans notre pays, les effets du réchauffement climatique déséquilibrent gravement la biodiversité, dégradent la qualité de l’air, modifient le relief de massifs montagneux, déstabilisent le secteur agricole, provoquent sécheresse à répétition, canicules meurtrières et autres désastres météorologiques. Et comme partout dans le monde, ce sont avant tout les plus démuni.e.es qui en pâtissent le plus durement, alors qu’ils et elles sont les moins émettrices et émetteurs de gaz à effet de serre. Pour elles et eux, l’injustice est absolue.

Nous ne pouvons pas fermer les yeux devant cette évolution.

Nous ne devons pas ignorer ces signaux mais agir et renforcer les transitions amorcées. Sans ce sursaut les conséquences seront désastreuses pour nos enfants, pour les plus fragiles, pour l’environnement et la biodiversité.

Pour relever ces défis, la Région doit être aux avant-postes et assumer pleinement son rôle de cheffe de file en matière climatique et environnementale.

Nous, signataires de cet appel à une Alliance des élu.e.s, citoyennes et citoyens pour la responsabilité climatique, nous nous engageons derrière Audrey Pulvar afin que soient mise en œuvre, dès juin 2021, toutes les politiques publiques qu’exigent la haute importance de l’enjeu climatique et écologique.

Nous affirmons avec elle la volonté de faire de la lutte contre le réchauffement climatique une lutte contre les inégalités et pour la justice sociale.

A ses côtés, nous nous engageons à :

  • promouvoir l’utilisation des transports en commun par la mise en place de la gratuité des transports et l’amélioration de l’offre de transports collectifs sur l’ensemble du territoire francilien ;
  • favoriser les mobilités les plus responsables, comme la marche à pieds, le vélo, le co-voiturage ou l’autopartage ;
  • massifier la rénovation énergétique du bâtiment, public et privé ;
  • rénover et optimiser écologiquement les logements sociaux existants et construire de nouveaux logements sociaux à basse consommation énergétique, dynamisant la filière du bâti durable ;
  • soutenir la transition vers une énergie 100 % renouvelable et les projets de production d’énergie locale renouvelable en remplacement des énergies fossiles ;
  • promouvoir un modèle d’agroécologie et d’agroforesterie ;
  •  augmenter sensiblement d’ici 2026 l’alimentation durable, bio et locale dans la restauration collective ;
  • restaurer les écosystèmes susceptibles de stocker du CO2 ;
  • respecter l’objectif de zéro artificialisation nette et porter des aménagements visant la sauvegarde et la réintroduction de la biodiversité ;
  • amplifier le soutien à l’économie circulaire et développer les recycleries sur l’ensemble du territoire régional en les associant à des projets de tiers-lieux ;
  • s’engager, chacun au niveau qui le concerne, à développer tout au long de la scolarité, l’éducation à l’environnement des jeunes Franciliennes et Franciliens ;
  • soutenir le « produire proche », développer les projets de transition de l’industrie existante vers l’économie verte ;
  • associer les citoyen.ne.s à la définition des projets d’aménagement locaux et aux politiques publiques en faveur du climat et de l’environnement
  • élaborer les indicateurs qui évalueront l’empreinte carbone de la Région et son impact sur les limites planétaires.

Avec Audrey Pulvar et les élu.e.s d’Ile-de-France en Commun, la Région :

  • reconnaîtra et appliquera le principe de non-régression du droit de l’environnement, qui prévoit une amélioration constante de la protection de l’environnement et empêche les décisions politiques de nature à la faire reculer ;
  • créera une Assemblée Citoyenne du Long Terme, composée de franciliennes et de franciliens, éclairé.e.s par un Conseil Scientifique, qui aura pour mission de garantir la prise en compte des intérêts de long terme de la biodiversité et de nos conditions de vie sur terre, dans les décisions relevant des compétences de la Région.

Nous signataires de ce pacte, nous engageons à une action permanente de préservation des communs – eau, air, forêts…- et de recherche de justice sociale dans l’ensemble des décisions structurantes que nous prendrons en matière d’emploi, de formation, de transports et mobilité, de rénovation énergétique et économies d’énergie, en matière de logement et d’aménagement du territoire mais aussi de transformation de notre agriculture et de mise à disposition de tous d’une alimentation de qualité à prix abordables.

Pour mettre en œuvre ces transformations, dans le respect des intérêts des générations futures, nous, signataires de ce pacte, nous engageons à organiser la participation de l’ensemble des franciliens et des franciliennes aux décisions qui les concernent. La participation citoyenne n’est ni une lubie, ni une faveur. C’est un droit, reconnu par notre Constitution, dont nous entendons garantir l’exercice dans toutes les politiques régionales.

Nous, ambassadrices et ambassadeurs comme premier.e.s signataires de l’appel, invitons les élu.e.s, citoyens et citoyennes à rejoindre ce pacte d’Ile-de-France en Commun pour une Région responsable et co-construite avec les franciliens.